ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

Michel Onfray: l'assassinat médiatique a eu lieu

OBS.jpg 

 

Une nouvelle tentative d'assassinat médiatique a été perpétrée au début  du  mois d'octobre par l'Obs. Il s'agit d'un coup bas de  3 tireurs d'élite parisienne bienpensante sous la direction d'un certain Aeschimann, qui ont répandu leur bile nauséabonde sur plusieurs pages du magazine... (On charge ses cartouches avec ce qu'on a, n'est-ce pas?)

 

Et pour que le lecteur n'en sente pas l'odeur, il a été décidé de la diluer par quelques dessins bien sympathiques et de donner au torchon le titre quelque peu alléchant: "Enquête sur le phénomène Onfray". En voilà que nos assassins se prennent pour des enquêteurs et instruisent un dossier à charge... Car Michel Onfray est déjà déclaré coupable! Coupable de ne pas penser comme cette gauche libérale et liberticide imposant la pensée unique à toute la France et diabolisant les libres penseurs. 

 

Pour tromper la vigilance du lecteur, les tontons flingueurs ont ajouté à leur prétendue enquête un article tout à fait décent et neutre intitulé: "Mon problème, c’est ceux qui rendent Marine Le Pen possible" qui reprend les propos de Michel Onfray recueillis par Elsa Vigoureux.

 

Il est intéressant de remarquer également que la couverture du magazine titre cette "enquête" d'une manière quelque peu aberrante: "Penseur ou catcheur?"  Pourtant, il est tout à fait évident que Michel Onfray, adepte de la philosophie nietzschéenne appelant à "philosopher à coup de marteau" ne peut point faire statue de Rodin. Décidément, les "enquêteurs" connaissent très mal leur sujet.

 

Le lecteur constatera également que le procédé d'assassinat médiatique n'a pratiquement pas changé: il est toujours assez efficace de passer la victime pour un adepte du Front National, c'est-à-dire, pour un néonazi, et donc l'achever médiatiquement. Même s'il devient de plus en plus difficile de passer le FN pour un parti d'extrême droite (Nicolas Sarkozi place désormais Marine Le Pen à l'extrême gauche), cela marche encore.

 

C'est pour cela qu'un certain Valls qui se prend pour Manuel à usage obligatoire établit les règles du jeu:

 


Il suffit de déformer quelque peu les paroles du philosophe en suivant les meilleurs traditions de l'inquisition espagnole pour associer Michel Onfray à la nouvelle droite, sinon "on perd les repères" n'est-ce pas? Par conséquent, Michel Onfray a tort de traiter le premier ministre de crétin. Celui-ci sait très bien ce qu'il fait: il donne le feu vert à l'assassinat médiatique du philosophe. 

 

A présent, on l'attend au tournant. On guette la moindre occasion pour régler son compte. Une belle occasion s'est présentée grâce à l'interview de Michel Onfray au Figaro. On connaît la suite: un torchon de Joffrin à la Libération suivi d'une tentative d'assassinat en public à l'ONPC.

 

Par ailleurs, certains n'ont pas attendu le feu vert du nouveau Torquemada pour tirer à boulets rouges sur le philosophe. Un certain  Emile Jalley a sorti trois anti-Onfray! Trois! Tout ceci après la parution du livre de Michel Onfray intitulé « Le crépuscule d’une idole. L’affabulation freudienne. » Eh oui, "on ne touche pas sans risque aux idoles des intellectuels parisiens" (dixit Aeschiman). Même s'ils sont morts et enterrés... Même s'ils passent pour des détraqués sexuels. Car dans la bouche de Freud tout objet est susceptible de se transformer en une bite! Ainsi, dans la bouche de notre idole de psychanalyse la flamme a "une interprétation phallique originelle"! Et ceux qui osent uriner dessus pour l'éteindre commettraient un acte homosexuel!* Ni plus, ni moins!

 

Il est fort possible que Monsieur Aeschiman aie également une vision phallique de la flamme, alors qu'il prenne son pied avec ce sextoy bien chaud tout seul...

 

Et pour clôturer le thème "Freud", notons qu'un certain Alfred Adler, Docteur en médecine de la Faculté de Vienne en 1895, ayant suivi d'abord Freud, s'est séparé de lui pour fonder en 1914 la Revue Internationale de Psychologie individuelle. Raison de la séparation - tenez-vous bien: outrances du pansexualisme freudien... Conseillons donc à notre Aeschiman de s'exciter tout d'abord sur Alfred Adler.

 

Ensuite, après la publication dans "Le Point" de plusieurs billets consacrés aux attentats de Paris c'est bien celui de Michel Onfray intitulé "Michel Onfray: "La France doit arrêter sa politique islamophobe" qui a été attaqué par un certain Benoît Rayski ayant intitulé son article "Michel Onfray, l'homme qui crache sur les morts de Paris". En réalité, c'est bien Rayski qui utilise les morts de Paris pour déverser son vomis nauséabond sur Michel Onfray au lieu de s'attaquer à quelques autres auteurs parmi lesquels on trouve, par exemple, une jeune Israélienne qui souhaite voir en France instaurer le même état de choses qu'en Israël... Mais, visiblement ceci ne dérange point Rayski! Question d'origines?

  

Hélas, Michel Onfray a également raison de ne pas faire confiance à François Hollande car l'intervention de la France dans les affaires intérieures des pays musulmans a été et reste désastreuse. Un nouveau témoignage de ce désastre est présenté par un journaliste d'investigation indépendant, Jean-Loup Izambert qui a publié le premier tome de son ouvrage "56, l'Etat français complice de groupes criminels" où il explique au lecteur comment des filières terroristes bénéficient de la tolérance voire de la complicité et des financements des dirigeants français depuis plus de 25 ans:

 

 

 

 

Une autre vague d'indignation - cette fois populaire - a été provoquée par le fameux twitt de Michel Onfray posté après les attentats de Paris:

 

Onfray twitt.jpg


Ainsi, le destin de notre philosophe hédoniste ressemblait de plus en plus à celui de Socrate. Encore un peu et on l'accuserait d'avoir corrompu la jeunesse!  Il fallait donc s'attendre soit à la parution d'une pièce satirique d'un Aristophane parisien ou carrément à la ciguë...

 

Hélas, les détracteurs de Michel Onfray n'auront pas ce plaisir car le philosophe est resté fidèle à lui-même et à ses idéaux philosophiques. Tout comme Zarathoustra descendu de sa montagne, il se dira sans doute la fameuse phrase: "Je ne suis pas la bouche qui convient à ces oreilles," fermera son compte Twitter, arrêtera ses interventions médiatiques et refusera de publier en France son dernier livre sur l'islam.

 

Pour la dernière fois il paraîtra chez Ardisson:

 


 et dans l'émission de Natacha Polony

 

 

Il nous reste donc à constater que l'assassinat médiatique de Michel Onfray a bien eu lieu. Hélas, ce n'était pas le premier...

 

Serguei Bessonov

-----------------------------

* "Quant à l'interprétation phallique originelle de la flamme s'élevant et s'étirant dans les airs, il ne peut subsister aucun doute, trop de légendes en font foi. L'extinction du feu par la miction - procédé auquel recourent encore ces tardifs enfants de géants que sont Gulliver à Lilliputet le Gargantua de Rabelais -répondait ainsi à une sorte d'acte sexuel avec un être masculin, à une manifestation agréable de puissance virile au cours d'une sorte de  joute  homosexuelle. Celui qui renonça le premier à cette joie et épargna le feu était alors à même de l'emporter avec lui et de le soumettre à son service. En étouffant le feu de sa propre excitation sexuelle, il avait domestiqué cette force naturelle qu'est la flamme. Ainsi, cette grande acquisition culturelle serait la récompense d'un renoncement à une pulsion. En second lieu la femme aurait été choisie comme gardienne du feu capté et conservé au foyer domestique pour la raison que sa constitution anatomique lui interdisait de céder à la tentation de l'éteindre." S. Freud "Malaise dans la civilisation" (1929) page 23, note en bas de page 3

 

 

Free Search Engine Submission
Free Search Engine Submission

 



29/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres