ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

Russie-Géorgie: Mais que veulent donc les Russes?

Les médias et les hauts responsables des pays occidentaux tâchent de nous convaincre que les Russes ont délibérément envahi la Géorgie dans le but de renverser le pouvoir démocratique de Saakachvili en semant la terreur et la mort...

Monsieur Sakaachvili, ce "pompier pyromane"(1), va encore plus loin dans ses déclarations en prétendant que les Russes veulent envahir la Géorgie «pour faire une épuration ethnique » et met l'Europe en garde contre l'invasion russe.

« Mais que veulent donc les Russes ? » La réponse à cette question est toute simple. Moscou n'a désiré et ne désire qu'une chose : que la communauté internationale reconnaisse officiellement le fait d'agression de la république séparatiste d'Ossétie du Sud par la Géorgie et qu'elle condamne officiellement cette agression.

C'est précisément, ce que la communauté internationale ne veut pas faire. Pourquoi ?

En ce qui concerne les pays Baltes, la Pologne et l'Ukraine, tout est clair. Les gouvernements de ces pays, à l'image du gouvernement géorgien, sont hostiles à tout ce qui est russe et ont adopté une politique anti-russe agressive et provocatrice, allant très souvent à l'encontre des souhaits de la population de ces pays dits démocratiques. En outre, au sein de l'Europe, les gouvernements de ces Etats ne partagent pas spécialement les valeurs européennes. La plupart d'entre eux, attisent à l'intérieur du pays la haine envers tout ce qui est russe, allant jusqu'à la héroïsation des criminels pronazis de la II-ème guerre mondiale, uniquement parce que ceux-ci étaient ennemis de l'Union Soviétique. C'est le cas de Youchtchenko, président de l'Ukraine, Toomas Hendrik Ilves, président d'Estonie, Valdis Zatlers, président de Lettonie et Valdis Zatlers, président de Lituanie. En outre, il existe encore un lien entre tous ces personnages peu fréquentables, y compris "le petit Staline"(2), - le parcours de chacun d'entre eux, d'une manière ou d'une autre, est étroitement lié aux Etats Unis.

En ce qui concerne les USA, c'est encore plus clair : ils soutiendront Saakachvili sans conditions quoi qu'il fasse et le traiteront toujours en démocrate.

Mais pourquoi le président français Nicolas Sarkozy (3) et son entourage(4), qui ont officieusement reconnu l'agression géorgienne de l'Ossétie du Sud par ces propos assez cyniques : « il a joué, il a perdu » en parlant de Saakachvili, n'ont-ils pas reconnu officiellement l'agression géorgienne? Pourquoi Monsieur Bernard Kouchner qui, au début du conflit, déclare à la radio RTL que les Etats-Unis sont "part du conflit d'une certaine façon"(5) l'a oublié par la suite? Pourquoi Madame Angela Merkel, après sa rencontre avec le président russe Dmitri Medvedev, en soulignant une « réponse disproportionnée » de la Russie ce qui sous-entend « réponse à une agression », n'a-t-elle jamais parlé de l'agression géorgienne ? Pourquoi la chaîne d'information européenne « EuroNews », dite indépendante, lors du reportage sur la visite de Medvedev en Syrie, veut nous faire croire que la Syrie est le seul pays au monde ayant soutenu la Russie (avec la Biélorussie) ? Rappelons que suite à la déclaration du Ministre des Affaires étrangères italien Franco Frattini à l'OTAN, l'Italie a été immédiatement considérée comme « prorusse » (6) , Ministre des Affaires étrangères d'Israël, Tzipi Livni a déclaré que son pays avait "une manière semblable de voir les choses" que la Russie(7) le président tchèque Václav Klaus a également soutenu les Russes(8) . L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont fait de même, etc.

Alors pourquoi ? Que se passe-t-il ? Pourquoi cette hystérie antirusse ? Pourquoi après la reconnaissance par la Russie de l'indépendance des 2 républiques séparatistes ne faisant partie de la Géorgie que grâce à la « générosité » d'un certain Joseph Staline, Monsieur Kouchner parle de la guerre ? Quoi, la Russie a fait peur à l'Europe toute entière en défendant la population de la minuscule Ossétie du Sud contre l'invasion géorgienne? Ridicule?  Pas tellement, car c'est toute cette hystérie moussée par les média, les condamnations constantes de l'agression Russe contre la Géorgie, l'absence d'une position pondérée et juste par rapport au conflit, qui a provoqué la peur d'une nouvelle guerre froide.

Et tout cela pourquoi ? Pour défendre le Droit international, des accords signés, etc. ?

Si c'est le cas, alors comment peut-on d'une part, condamner l'agression russe contre la Tchétchénie et d'autre part, ne pas condamner l'agression géorgienne contre l'Ossétie du Sud ? Comment peut-on être pour l'intégrité territoriale de la Géorgie d'une part, et d'autre part, ne s'en préoccuper aucunement quand il s'agit de la Yougoslavie ou de la Serbie ? Peut-on condamner la riposte russe contre les forces armées géorgiennes et en même temps, approuver l'action militaire de l'OTAN contre la Serbie?

La réponse à toutes ces questions semble très claire.

Pourquoi alors crie-t-on au scandale ? Parce que la Russie ne respecte pas l'intégrité territoriale de la Géorgie ? Mais ce n'est pas un scoop ! N'oublions pas que l'accord de paix proposé par la France a pu être signé par Moscou à condition qu'il ne mentionne point de reconnaissance de l'intégrité territoriale de la Géorgie. Ou parce qu'il existe une crainte que la Russie reconnaisse l'indépendance de la Crimée ? Evoquer cette possibilité signifie ne pas comprendre ou ne pas vouloir comprendre ce qui se passe actuellement en Ukraine. Pour que le scénario ossète puisse se produire en Ukraine, il faudrait déjà que la Crimée proclame son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine. Ensuite, il faudrait que l'armée ukrainienne commette des actes d'extrême violence, etc… Cela aurait pu être possible s'il n'y avait que la Crimée qui s'opposait à la politique actuelle de Youchtchenko, président qui a gagné les élection lors d'une contestation des résultats électoraux avec le soutien de l'UE et des Etats Unis, qui n'a plus de cote auprès de la majorité écrasante de ses concitoyens et qui ne sera jamais réélu en 2009. Il est à souligner également que toute l'Ukraine Orientale soutient le Parti des Régions, parti d'opposition, qui, entre autres, ne souhaite pas l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, tout comme la Crimée. Il ne faut pas oublier non plus que si le peuple de l'Ukraine a voté pour l'indépendance, c'est parce qu'il était déçu par les dirigeants soviétiques, parce qu'il avait l'impression de donner trop pour l'Union Soviétique et de ne pas recevoir grand chose en retour. Or, depuis, les Ukrainiens ont pu constater quelle était réellement la part de l'Union Soviétique dans leur économie, et ce n'est pas par hasard qu'actuellement, plus de 47% des Ukrainiens voudraient avoir Poutine pour président.

De plus, en agissant de la sorte, en attisant l'hystérie antirusse, l'UE perd la face car elle fait preuve de sa partialité et de son impuissance. Pire encore, elle défend un pays qui n'est pas vraiment démocratique, avec un président qui a accédé au pouvoir suite à un putsch, un président qui n'hésite ni à disperser l'opposition à coups de bâtons, ni à mettre en place une fraude électorale afin de gagner les élections anticipées lors du premier tour, ni à détruire à coup de canons et de « Katioucha » modernes une ville entière avec ses habitants.

D'autre part, l'UE ne peut pas agir comme si la Russie n'existait pas, comme si la Russie n'avait pas ses intérêts propres. Par conséquent, l'UE aurait dû s'opposer à la réalisation du projet américain antimissile uniquement parce que la Russie estime que ce projet nuit à sa sécurité. Elle aurait dû également condamner Tbilissi pour l'agression armée contre l'Ossétie du Sud car on ne peut pas faire semblant que cette agression n'a pas eu lieu.

C'est ce que les Russes attendent de l'Union Européenne.

 

S. de Sertati


 

C'est comme cela que les Géorgiens appellent leur présedent

Blogs / Annuaire de blogs


01/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres