ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

ACTUALITES ET BEAUCOUP PLUS

Elections en Russie: Navalny et propagande de l'Obs

Il est difficile à comprendre l'intérêt porté par nos médias à "l'opposant" russe Alexeï Navalny qui est tout aussi populaire en Russie que Monsieur Cheminade l'est en France. Et pourtant, Navalny a gagné en Occident le titre d'opposant principal malgré le fait qu'il ne représente presque rien. A titre d'exemple, on peut citer l'artice de pure propagande de Michel Eltchaninoff paru dans l'Obs du 21/12/2017: 

 

 

L'auteur commence l'article par 2 phrases incontestables: "Il ne succédera pas à Vladimir Poutine au printemps. <...> il ne participera sans doute même pas à l'élection". En effet, d'après la législation russe, un personnage ayant eu des condamnations n'est point éligible. D'autre part, parmi les adeptes de Navalny une grande majorité est constituée de mineurs d'âge. Or, les mineurs d'âge ne votent pas, sans parler de la popularité sans précédent du président sortant Vladimir Poutine. Autrement dit, les stratèges du Kremlin dont nous parle l'auteur sont tout à fait à l'aise car même si Navalny pouvait se présenter aux élections, son résultat minable est bien prévisible. 

 

D'autre part, "le seul véritable opposant à Vladimir Poutine" séduit de moins en moins. Ses discours et ses prises de positions inadéquates ne peuvent que détourner de lui les électeurs. Car rien ne l'arrête, ni mensonges, ni diffamation. Ainsi, il n'a pas hésité à accuser publiquement un certain Alicher Ousmanov d'avoir été condamné pour viol ce qui est bien évidemment faux.

 

Il est intéressant à noter que l'auteur de cet article aime visiblement lui-aussi utiliser l'arme de mensonge et de diffamation. Ainsi, il fait savoir au lecteur que "des militants d'extrême droite lui /à Navalny/ ont jeté au visage un antiseptique vert". Or, en réalité, l'auteur des faits reste inconnu mais on sait qu'il a agit seul (vidéos). On sait également que les 2 personnes soupçonnées d'avoir commis cet acte d'entartrage à la russe font partie dmouvement SERB (South East Radical Block) organisé à Dnepropetrovsk (Ukraine) en 2014 contre les radicaux ukrainiens après le coup d'Etat de Kiev. En septembre 2014, le mouvement dut fuir l'Ukraine pour s'installer en Russie. Depuis son installation en Russie le mouvement change également de nom en remplaçant le mot "Radical" par "Russian". 

 

Mais notre lecteur doit savoir que c'est bien l'extrême droite russe qui s'attaque à Navalny pour donner à celui-ci un peu plus de poids. Par ailleurs, la pratique de jeter du "zelionka" sur la tête des personnages politiques est assez fréqente en Russie et en Ukraine

 

Ensuite, l'auteur de l'article nous parle du film d'investigation de Navalny "sur le système de corruption à grande échelle organisé par le Premier ministre, Dmitri Medvedev" qu'il qualifie d'une "petite bombe sur Internet". Or, s'il s'agit d'une bombe, celle-ci a bel et bien explosé dans le visage de l'auteur car l'une des personnes "impliquée" dans ce "système de corruption", Alicher Ousmanov susmentionné, a porté plainte contre Navalny pour diffamation. Le tribunal de Moscou a donné raison à Ousmanov et a obligé Navalny à démentir ses allégations.

 

Et pour couronner le tout, il faut parler du grand méchant loup, c'est-à-dire de Vladimir Putine, en le traitant de "antioccidental et homophobe, qui n'aime pas internet, sait qu'il a un problème avec sa jeunesse".

 

De telles allégations relèvent soit de l'incompétence de l'auteur qui ne comprend pas de quoi il parle soit tout simplement de la propagande russophobe habituelle. Car il est difficile de qualifier le président russe qui parle de l'Europe de Lisbonne à Vladivostok d'antioccidental. Fin 2010, c'est bien Poutine qui proposait de créer une zone de libre-échange entre l'Europe et la Russie. Quel antioccidental!

 

Ci-dessous, nous pouvons voir cet homophobe de Poutine décorer les artistes gays russes:

 

 

  

 

En ce qui concerne Internet, Poutine est également tout à fait clair et transparent à ce sujet: "C'est un milieu qui est très libre et hautement démocratique. Premièrement, et j'estime que c'est très important, il n'est pas possible de limiter internet. Non seulement c'est difficile du point de vue technologique mais également incorrect du point de vue politique..."

 

Hélas, ce n'est pas Poutine qui souhaite limiter accès à internet. Par ailleurs, dans le métro de Moscou l'accès à Internet est gratuit depuis 2014...

 

Et pour terminer avec les problèmes du président russe avec la jeunesse il sufiit de visionner cette vidéo (en français): 

 

 

Il est évident que ce ne sont pas les adeptes écervelés de Navalny qui posent des questions à Poutine.

 

On peut donc constater que l'article du Rédacteur en chef à "Philosophie Magazine", M. Eltchanivoff, n'est qu'un sale torchon à jetter dans une poubelle...

 

Si on souhaite parler de Navalny sérieusement et analyser quelque peu les chances des candadats actuels il faut mentionner avant tout que Navalny a déjà appelé à boycotter les élections présidentielles. D'une part, nous pouvons pronostiquer que, vu le nombre d'adeptes de Navalny, son appel au boycott ne changera en rien la donne. D'autre part, là où cet appel peut faire mal c'est bien au sein de l'opposition libérale même car Navalny n'est pas l'unique candidat de l'opposition. Il y en a tout de même quelques uns... Parmi eux, une certaine Ksenia Sobtchak qui s'est déjà portée candidate avec son slogan "Contre tous" et son programme "123 pas difficiles". Elle esaiera donc de rassembler l'opposition libérale... 

 

Notons au passage que cette journaliste de 36 ans a administré un camouflet de taille à Navalny lors de son interview à la chaîne d'oppostion "Dojd" où elle a su poser des questions au candidat à la présidentielle sur son programme auxquelles celui-ci n'a pas pu répondre. Navalny ne s'en sortira pas indemne...

 

Au sujet de cette candidate en bref, voir le passage "Ksenia Sobtchak, la journaliste"

 

Une autre bavure commise par Navalny fut la propagation des déclarations mensongères à l'encontre du blogueur ukrainien très populaire, réfugié dans un pays de l'UE, Anatoli Chariï, qui ne manque plus d'occasion pour relever l'incompétence et les mensonges de Navalny. A titre d'exemple, on peut citer cette vidéo du blogueur intitulée "Le parti communiste de Navalny", sous-titrée en anglais:

 

Nous n'allons pas nous arrêter sur la candidature de Jirinovski, nationaliste libéral, qui ne va pas obtenir plus de voix qu'à l'habitude.

 

Par contre, nous allons nous arrêter quelque peu sur un nouveau candidat du Parti Communiste, un certain Pavel Groudinine, qui bizarrement n'est pas communiste. Non seulement, il n'est pas membre du parti mais de plus, il s'agit d'un fermier indépendant qui dirige un kolkhoze millionaire... Là, selon notre estimation, il s'agit d'un candidat assez dangereux pour Poutine car son intention est de rassembler toute la gauche et tous les sans-parti. De plus, il s'agit en l'occurence d'un homme calme, franc, intelligent et réfléchi qui connaît l'état de l'économie du pays et qui manie les chiffres à merveille.

 

 

L'élection présidentielle en Russie s'annoce donc assez intéressante et passionnante...

 

 

Sergueï Bessonov

 



28/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres